My Liantis

Réintégration de collaborateurs malades : que devez-vous faire ?

Si l'un de vos collaborateurs est absent pendant une période prolongée, ce n’est pas seulement un drame personnel ; cela a aussi des conséquences pour votre entreprise. Il est donc dans l'intérêt de chacun de remettre ce collaborateur au travail le plus rapidement possible. Un parcours de réintégration bien pensé aide la personne à reprendre le travail le plus confortablement possible. Découvrez ce que suppose un tel parcours et comment Liantis peut vous aider dans ce processus. 

Qu’entend-on par « parcours de réintégration » ?

Un parcours de réintégration réside dans la recherche commune, par l’employeur et le collaborateur, de solutions praticables pour réintégrer un collaborateur en incapacité de travail au sein de l’entreprise.  

En ce sens, le conseiller en prévention-médecin du travail joue un rôle déterminant. En effet, il connaît les conditions de travail et les tâches de l’entreprise, et il est le point de contact connu de toutes les parties concernées. D’autres conseillers en prévention peuvent également être associés au processus. 

Par exemple : Suite à un burn-out, Julie a été absente pendant quatre mois. Sa santé s’améliore peu à peu. Elle voudrait retourner travailler chez son employeur mais craint une rechute. Sur les conseils de son psychologue, Julie demande un parcours de réintégration au médecin du travail. Après évaluation positive de sa demande, son employeur établira un plan de réintégration prévoyant toutes les mesures qui s’imposent pour faciliter le retour de Julie. 

Comment demander un parcours de réintégration ?

La demande de parcours de réintégration doit être adressée par écrit au conseiller en prévention-médecin du travail. Elle peut être introduite par le collaborateur, par l’employeur ou par le médecin-conseil de la mutualité.  

Parcours de réintégration pour les travailleurs en incapacité de travail

Pour les collaborateurs en incapacité de travail, l’accent est mis sur l’examen des possibilités de réintégration chez le même employeur. Le législateur a prévu un parcours en trois étapes. 

Première étape : démarrage du parcours de réintégration

Le médecin du travail lance le parcours de réintégration sur demande : 

  • du collaborateur ou de son médecin traitant, si le collaborateur est d’accord, 

  • du médecin-conseil de la mutualité ; celui-ci examine au plus tard deux mois après la déclaration d'incapacité de travail si le collaborateur entre en ligne de compte pour une réintégration, 

  • de l’employeur, au plus tôt quatre mois après le début de l'incapacité de travail, ou après que le collaborateur lui a remis un certificat de son médecin traitant indiquant qu’il est définitivement inapte à effectuer le travail convenu. 

Deuxième étape : évaluation de la réintégration par le médecin du travail

Une fois le parcours de réintégration amorcé, le médecin du travail examine : 

  • si le collaborateur pourra, à terme, à nouveau exercer le travail convenu, ou s’il est définitivement inapte à le faire, 

  • si un autre travail, ou un travail adapté, peut être recherché (à titre provisoire ou définitif). 

Si le collaborateur marque son accord, une concertation peut avoir lieu dans ce cadre avec le médecin traitant du collaborateur, le médecin-conseil de la mutualité et, éventuellement, d’autres conseillers en prévention et personnes pouvant contribuer à la réussite de la réintégration. 

Troisième étape : élaboration d'un plan de réintégration par l’employeur 

L’employeur élabore un plan de réintégration basé sur l’évaluation du médecin du travail. Cela, en concertation avec le collaborateur et le médecin du travail. 

Si l’employeur n’établit pas de plan de réintégration après cette concertation, parce qu’il estime que c’est techniquement ou objectivement impossible, ou que cela ne peut pas lui être demandé pour des raisons valables, il doit motiver cette décision dans un rapport. 
 
Le plan de réintégration contient des mesures concrètes en vue d’un travail adapté, ou différent, au sein de l’entreprise. Le médecin du travail transmet ce plan au médecin-conseil de la mutualité. Le collaborateur décide lui-même s’il accepte ou non le plan de réintégration. S’il ne l’accepte pas, il doit motiver son refus. 
 
En outre, l’employeur doit élaborer une politique de réintégration efficace au niveau collectif pour l'entreprise, et évaluer régulièrement la politique menée. 

Trajet de réintégration pour les travailleurs en incapacité de travail sans contrat de travail

Les collaborateurs qui ne sont ou ne peuvent plus être employés par leur employeur bénéficient eux aussi d'un accompagnement vers une autre fonction chez un autre employeur ou dans un autre secteur.  

Dans ce cas, le rôle-clé revient au médecin-conseil de la mutualité, qui prend en charge le parcours de réintégration et collabore, entre autres, avec les services régionaux de l'emploi. 

Comment Liantis peut vous aider ?

Liantis Service externe pour la prévention et la protection au travail peut vous aider à élaborer une politique de réintégration dans votre entreprise. Nous vous offrons également une assistance pour l'élaboration d'un plan de réintégration individuel. Contactez votre gestionnaire de clientèle pour plus d'informations. Vous pouvez également vous adresser à votre médecin du travail pour des conseils adaptés à votre entreprise. 

Un travailleur fait sont retour après une maladie ? Liantis vous guide lors de la réintégration. Informez-vous !

En savoir plus