My Liantis

Que faire si mon collaborateur tombe malade ?

Il se peut toujours que des personnes soient infectées par le coronavirus. Comment identifier les symptômes du COVID-19 chez vos collaborateurs et quelle est la procédure à suivre ?

ziek

Qu’est-ce que le COVID-19 ou coronavirus ?

Le COVID-19 est causé par un nouveau coronavirus, qui est actif depuis décembre 2019. Il a fait son apparition en Chine pour ensuite se propager rapidement et causer une pandémie. Les symptômes de la COVID-19 ressemblent fort à ceux causés par une « simple » grippe mais ils peuvent varier considérablement. Certaines personnes contaminées ne présentent même pas de symptômes du tout.

La majorité des personnes contaminées (80 %) ont des symptômes légers : fièvre (≥ 37,5 °C), toux sèche, problèmes respiratoires et mal de gorge. Dans les cas les plus graves, le patient peut souffrir d'une pneumonie et d'essoufflement.

Les formes les plus graves se manifestent chez les groupes à risques, comme les personnes de plus de 65 ans ou immunodéprimées. Ces personnes nécessitent donc une attention particulière afin d’éviter le plus possible la contamination.

Mon collaborateur est malade. Que dois-je faire ?

Un collaborateur se sent mal et présente les symptômes typiques (fièvre, toux, infection pulmonaire) ? Demandez-lui de rentrer le plus vite possible chez lui. Dites à vos collaborateurs de rester chez eux, même en cas de symptômes légers. La période d’incubation de la COVID-19 est de trois à six jours. Cela signifie qu’une personne contaminée est contagieuse avant que les symptômes typiques (toux, éternuements, etc.) se manifestent.

Toute personne qui présente des symptômes doit prendre contact par téléphone avec son médecin traitant pour avoir des instructions. Au stade actuel de l’épidémie, toute personne qui présente potentiellement les symptômes d’une infection au COVID-19 subit un test de dépistage et doit rester en quarantaine chez elle en attendant le résultat du test. Votre collaborateur doit également réfléchir aux personnes avec qui il a été en contact au cours des derniers jours, car si le résultat du test est positif, le call center fédéral en est informé. Celui-ci avertit ensuite toutes les personnes qui ont été en contact avec le travailleur et leur donne des instructions (se mettre ou non en quarantaine). Les personnes qui vivent sous le même toit que le patient sont systématiquement mises en quarantaine pendant quatorze jours (un certificat de quarantaine est délivré).

Les collègues doivent agir en fonction du type de contact qu’ils ont eu avec le collaborateur malade. Ils doivent respecter dans tous les cas et à tout moment les règles d’hygiène générales :

  • maintenir une distance d’au moins un mètre et demi avec autrui ;
  • se laver régulièrement et soigneusement les mains avec de l’eau et du savon ;
  • utiliser des mouchoirs en papier pour éternuer et se moucher. Ils doivent ensuite immédiatement jeter les mouchoirs et se laver les mains ;
  • tousser dans un mouchoir en papier (qui doit aussi immédiatement être jeté) ou dans le coude ;
  • éviter les poignées de mains ;
  • éviter autant que possible de se toucher le visage avec les mains.

Reprise du travail après un congé de maladie ou une quarantaine à domicile

Le collaborateur peut reprendre le travail s’il est complètement rétabli (pas de fièvre sans l’utilisation de fébrifuges et pas de problèmes respiratoires, pas de malaises...) et s’il a été en congé de maladie pendant au moins sept jours. Il doit en outre avoir l’approbation de son médecin traitant.

La quarantaine à domicile à la suite d’un contact à haut risque est de quatorze jours. Toute personne qui présente des symptômes doit prendre contact avec son médecin traitant pour subir un test de dépistage.

Le télétravail doit être appliqué de manière standard pour toute reprise du travail. S’il n’est pas possible d’avoir recours au télétravail, les règles en matière de distanciation sociale et d’hygiène doivent être suivies à la lettre. Si ce n’est pas possible non plus, le travailleur doit rester chez lui pendant quatorze jours supplémentaires (donc à partir du moment où il ne présente plus de symptômes) ou travailler pendant quatorze jours avec un masque buccal.