My Liantis

Bien-être au travail 28 juin 2022

Nouvelles règles en matière d’acoustique dans les espaces de bureaux ouverts

L’un des grands problèmes posés par les espaces de bureaux ouverts est la possibilité de combiner deux tâches : communication verbale et travail individuel nécessitant de la concentration. Cela crée souvent des tensions entre les collaborateurs qui veulent se concentrer et ceux qui ont besoin de communiquer pour pouvoir effectuer leur travail. À la fin de l’an dernier, une nouvelle norme sur l’acoustique dans les espaces de bureaux ouverts a été publiée. Elle contient des directives indiquant la meilleure façon de gérer ce problème.

 

 

Nouvelle norme

La norme NBN ISO 22955:2021 contient des recommandations techniques pour atteindre une bonne acoustique dans les espaces de bureaux ouverts. Cette norme tient compte des activités que les collaborateurs doivent y effectuer. Ainsi, le document contient des valeurs cibles pour le niveau sonore, l’atténuation et le taux de décroissance pour six types d’espaces de bureaux.

Ces valeurs cibles peuvent être reprises par l’employeur ou le conseiller en prévention dans un cahier des charges lors de la conception d’un nouvel espace de bureau. Elles peuvent soutenir les décisions de conception et de planification, du projet à la mise en service effective. En outre, elles constituent une base solide pour la communication entre les parties concernées.

Conception acoustique

La norme comprend également des recommandations pour la conception acoustique des espaces de bureaux. Les lieux de travail doivent être regroupés en fonction du degré de collaboration. Il est donc préférable de séparer les équipes différentes ayant des tâches différentes.

Les chemins vers les espaces secondaires (coin café ou local d’imprimante, par exemple) doivent être le plus court possible pour les groupes qui les utilisent le plus souvent. Un espace ouvert doit donc être scindé en espaces plus petits, pouvant être fermés par une porte si possible. Les parois ou écrans acoustiques peuvent servir d’alternative pour structurer l’espace.

« Bureau adapté au cerveau »

La norme ISO 22955 constitue une valeur ajoutée pour le « bureau adapté au cerveau concentré » (article de Theo Compernolle).

Pour parvenir à un bureau adapté au cerveau concentré, il faut d’abord identifier les besoins des travailleurs et des équipes. Ensuite, une analyse doit être effectuée afin de créer le meilleur environnement pour les collaborateurs. Il existe 4 types d’activités : concentration, communication, collaboration et récupération. Il est important de ne pas mélanger ces tâches dans un même espace. La priorité étant de pouvoir se concentrer ou travailler sans être distrait. C’est d’ailleurs la condition pour parvenir à une bonne communication et à une bonne collaboration.