My Liantis

Rémunération personnel 03 avril 2019

Le projet d’accord salarial semble être sauvé

La base des syndicats socialistes avait d’abord rejeté le projet d’accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020, mais une solution a tout de même été trouvée. Grâce à une intervention du gouvernement d’une part et à un compris des syndicats, d’autre part.

Projet d’accord précédemment rejeté

Les syndicats socialistes ABVV et FGTV ont précédemment rejeté le projet d’accord. Ils n’étaient pas d’accord avec deux mesures concrètes : l’augmentation salariale maximale de 1,1 % et l’augmentation des salaires minimums, elle aussi de 1,1 %.

Un compromis malgré tout

Toutefois, il semble qu’une issue a été trouvée à l’impasse sur les salaires. L’ABVV et la FGTB approuvent toutes les autres mesures de l’accord salarial. L’augmentation salariale de 1,1 %, proposition sur laquelle les syndicats socialistes refusent toujours de marquer leur accord, sera malgré tout imposée par le gouvernement par arrêté royal. L’accord définitif entre les partenaires sociaux concernant l’augmentation des salaires minimums n’interviendra probablement qu’après le 15 juin, après les élections.

L’accord salarial est préservé

À présent que la norme salariale de 1,1 % a été fixée par arrêté royal, toutes les autres mesures définies dans l’accord salarial pourront désormais être mises en œuvre telles qu’elles ont été convenues. Il s’agit en premier lieu de l’assouplissement du régime de RCC (l’ancienne prépension) pour les entreprises en difficulté, les travailleurs occupés dans un métier lourd et les emplois de fin de carrière.

Le quota d’heures supplémentaires volontaires sera relevé pour passer de 100 à 120 heures par an. L’intervention dans les frais de train pour les déplacements domicile – lieu de travail augmentera elle aussi à partir du 1er juillet. Les allocations sociales et les pensions progresseront également, du fait de la répartition de l'enveloppe bien-être. Un compromis étant intervenu, les négociations sectorielles peuvent désormais débuter.

Malgré le compromis, les syndicats socialistes ABVV et FGTB ont annoncé une journée d’action nationale le 14 mai pour le pouvoir d’achat et contre les inégalités sociales.